Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 
1ères Méduses à Marseille: réseau observatoire
Les beaux jours signent le retour des promenades et des baignades... et des méduses! Sur internet, apprenez à les reconnaître, devenez lanceur d'alerte, contribuez aux réseaux d'observation des méduses en Méditerranée.

Réseaux d'observation des Méduses

Ils permettent d'établir une carte d'implantation des méduses en Méditerranée ou sur d'autres mers et plans d'eau, y compris eau douce:

  • par espèce de méduse
  • lieu de la côte où elles sont observées: plage, calangue, crique, mer au large...
  • par date: jour, heure...
  • par conditions météorologiques: vent, vagues, nuages / soleil
  • par densité: depuis la perdue toute seule, à la grande invasion qui passe l'envie de baignade!

Grâce aux contributions des internautes, ces observatoires peuvent suivre l'évolution des populations de méduses sur les côtes, pour en dresser une cartographie très utile aux baigneurs et aux collectivités locales, en été comme au printemps.

Prévenir et s'informer grâce aux réseaux spécialisés

Les réseaux sociaux tels que Facebook sont de formidables leviers de diffusion de l'information.
Avec une grande limite: retrouver ou exploiter de l'information utile, pertinente, est quasiment impossible.
Les sites internet gardent tout leur intérêt à ce titre.
En particulier quand ils sont spécialisés. Surtout quand ils constituent un réseau de contributeurs ou de lanceurs d'alerte sur ce genre de sujets "épineux".

Le réseau Méduse en Méditerranée

Ainsi, le réseau de l'observatoire des méduses en Méditerranée.
Vous pouvez contribuer, mais aussi vous informer sur:

  • les espèces de méduses méditerranéennes
  • leurs calendrier d'apparition en mer et sur nos côtes
  • leur "dangerosité": de non urticante, à très urticantes.

Ces réseaux d'observation permettent aux scientifiques:

  • d'étudier le développement des méduses en Méditerranée,
  • de prévenir les communes en cas d'invasion constatée sur nos côtes méditerranéennes,
  • d'étudier l'impact:
    • du réchauffement climatique et de la pollution,
    • de la disparition d'espèces prédatrices des méduses (tortues marines et poissons-lune).

Plus on informe ces réseaux d'observation, plus on facilite le travail des chercheurs grâce à internet: pour la protection des baigneurs, mais aussi celle de l'environnement.

Méduses et aquaculture?

Un rapport de 2012 fait par des étudiants de l'université de biologie à Québec, rapporte un lien entre la prolifération des méduses et le développement de l'aquaculture.
Les bassins de mer seraient un terrain propice à la reproduction des méduses (phase asexuée), en leur fournissant un substrat d'accrochage supplémentaire, et protecteur.
Si l'on compare le démarrage de l'élevage marin sur les côtes méditerranéennes et la hausse des invasions de méduses, peut-être y trouvera-t-on le lien de cause à effet manquant, à défaut du chaînon protecteur.

Dangerosité de la Méduse en Méditerranée

Il existe plusieurs espèces présentes sur les côtes du sud de la France. Mais pas de méduses mortelles. Certaines sont totalement inoffensives. Au pire, elles seront urticantes à très urticantes. Les piqûres de méduse sont bénignes, sauf réaction allergique particulière. Du moins pour les espèces méditerranéennes. Une piqûre de vive (petit poisson vénéneux présent en PACA) peut s'avérer bien plus dangereuse qu'une brûlure de méduse, hors contexte allergique.

Pour atténuer la réaction aux piqûres de méduse

Leur effet varie suivant les réactions de chaque personne au venin qu'elles injectent.
Notez que plus elle est petite, plus la caresse de la méduse est douloureuse, contrairement à ce qu'on peut penser.
En cas de piqûre (et non pas morsure: les méduses n'ont pas de bouche), voici quoi faire:

  • ne frottez surtout pas l'endroit de la piqûre
  • ne rincez pas à l'eau douce
  • si possible, restez dans l'eau de mer, en faisant bouger la partie du corps piquée pour obtenir un effet massage doux avec l'eau de mer, pendant 20 minutes environ
  • en cas de gonflement, suspectez une réaction allergique: surveillez, et si vous êtes loin de la voiture, envisagez un rapatriement par précaution, pour aller vite à l'hôpital ou au médecin de garde, si les choses s'enveniment
  • pour plus de précisions, voir les liens en bas de page

Pour éviter d'être piqué(e) par une méduse

Se renseigner de leur éventuelle présence grâce aux sites des observatoires, ou au sites des communes qui gèrent les alertes aux méduses.

Une fois en bord de mer, ou sur un bateau, prendre le temps d'observer la surface de l'eau pour détecter la présence d'individus.

Une fois dans l'eau: les éviter ne suffit pas. C'est en général leurs filaments qui vont vous piquer. Ils peuvent être très longs, parfois jusqu'à 1 mètre pour les bien de chez nous des bords de plage. Plusieurs mètres chez de nombreuses méduses, dont la méduse tueuse Chironex Fleckeri présente en Australie. Mieux vaut nager très loin de la bestiole... Se baigner avec un T-shirt réduit le risque.
Ne pas se baigner en cas d'invasion de méduses, certaines années, reste la meilleure solution.
Vous pourrez toujours vous asperger d'eau de mer avec un seau, s'il fait trop chaud. En épargnant votre voisin de plage bien sûr...

Et si on vous dit de manger les méduses?

Au chapitre curiosités de la méduse, sachez que certaines se mangent. C'est même une recommandation de l'ONU, pour lutter contre leur prolifération sur les côtes. Sauf que les nôtres, pour le moment, ne se mangent pas. Donc, Mr ONU, si tu veux bien potasser un peu plus le sujet...

Faute à la pollution la prolifération. Mais aussi (surtout?) à la diminution de leurs prédateurs naturels.
Réduction des populations de tortues luth, grandes consommatrices de méduses... et de sacs en plastique!
Surexploitation des poissons qui les boulotent. Selon le billet de Patrick Cadour, qui nous livre d'ailleurs une recette de méduse au jarret de porc, on reconnaîtrait ces poissons mangeurs de méduse à leur anus rouge.

Toujours est-il que l'idée n'est pas si loufoque, puisque le poisson-gelée (méduse = jellyfish en anglais) est porté à la carte de l'inventaire gastronomique chinois et asiatique, depuis qu'ils ont inventé les baguettes.
Chez eux, on les sèche, on les découpe, et on les mitonne: près de 500.000 tonnes chaque année !!!
Elles peuvent entrer dans la composition de certains potages, où leur texture rappellent les fameux champignons noir.

En tout cas, pour ma part, j'essaierai la salade de méduse bien avant les criquets et autres larves grouillantes, même caramélisées. Beurk!

Pour Fabrice Lombard, maître de conférence au laboratoire océanographique de Villefranche-sur-Mer,en France, certaines espèces sont si fermes qu'on peut les cuisiner façon steak. Elles auraient un léger goût vinaigré. Une saveur habituelle de la cuisine japonaise.

Du point vue nutritionnel, elles seraient riches en protéines, en oméga 3, en sélénium, à faible teneur en graisses saturées et matières grasses. Les méduses seraient aussi bonnes pour la santé, en contribuant à faire baisser la tension artérielle.

Alors à l'heure où l'on se tourne de plus en plus vers les richesses négligées de la mer pour nourrir une humanité pullulante et polluante, pourquoi pas accompagner les salades d'algues de plus en plus plébiscitées par les français, par un bon hamburger de Rhopilema esculenta, très prisées des tables de l'autre côté de la planète?

Vous pourrez faire tomber vos préjugés en allant tester une salade de méduse à Paris, au ChinaTow Olympiade, au Likafo, aux Jardins de Mandchourie...

Acheter de la méduse comestible

Vous pouvez aussi acheter des méduses séchées ou des préparations et des kits en magasin asiatique, de plus en plus nombreux en France, ou par internet.
Chez Asia34, vous pourrez jouer à  Kolanta sur la table du salon devant la saison 6 de Game of Thrones, pour moins de 4 euros.
Pour les marseillais - vive la mixité positive - on en trouve à moins de 3 € au Paris Store, 61 Boulevard de Plombières, dans le 3ème. De retour, faites un stop aux nouveau village des Docks, tout récemment réaménagés.

Recommandation: avant de la préparer, la méduse doit être trempée 12 h dans de l'eau, pour la nettoyer d'excès de sel, de traces d'alun, ou tuer une éventuelle bactérie hémolytique parfois présente.

En attendant que nos observatoires européens listent les espèces de méduses comestibles en France, je vous recommande d'éviter la cueillette sauvage aux calanques de Marseille et Cassis.
Une salade de méduse toute fraîche pourrait bien vous étouffer, si vous avez le malheur de jeter votre dévolu sur une espèce urticante, sans avoir la maîtrise séculaire et réputée des cuisiniers japonais pour préparer le fugu, autre spécialité marine comestible, mais parfaitement tueuse pour qui ne sait pas faire.

Liens utiles sur les méduses

Les différents types de méduse: nageuses ou fixes

(*) jellyfish: méduse en anglais. Littéralement, "poisson  gelée". Se dit aussi medusa

Spammeur ? Contactez-moi si le blocage automatique ne vous concerne pas.